Desolé votre navigateur ne supporte pas JavaScript veuillez le mettre à jour.
Publicite
URGENT
  • RÉVOLUTION EN CONCERT LIVE CE 04 AOÛT 2018 AU PALAIS DE LA CULTURE
  • LE GRAND RETOUR DE BENJY BOUXOU AVEC UN TUBE ''ÉQUILIBRER'' A TÉLÉCHARGER SUR INFOSDEBABI.COM

Côte d'Ivoire/ Internet : Dragues, chantage, arnaques... ''si on ne prend pas des mesures, cela va créer des problèmes'', s’inquiète un spécialiste

Un officier supérieur des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), par ailleurs spécialiste en informatique s’est inquiété, vendredi, à Abidjan de la faiblesse de la sécurité au niveau informatique qui risque, estime-t-il, de ''créer des problèmes si des mesures ne sont pas prises''.Selon le Commandant Aly Samassi, Sous-directeur de l’informatique à la Direction de l’informatique et des traces technologiques (DITT) de Côte d’Ivoire qui s’exprimait sur la question de la sécurité dans le domaine de l’internet, lors d’un forum à Abidjan, « si on ne prend pas des mesures, cela va créer des problèmes (…).Quand il y a une infraction, c’est la question de la responsabilité qui se pose, qu’on recherche ».

« Une économie peut commencer mais quand la question sécuritaire se pose, elle peut tomber », a argumenté ce cadre de la police scientifique ivoirienne au cours d’un panel de clôture de la 12ème édition de l’Africa Telecom People (ATP), faisant allusion à l’économie numérique.

« Notre objectif n’est pas toujours d’arrêter. Il y a aussi la sensibilisation qui est d’ailleurs de la responsabilité de tout le monde », a souligné M. Samassi.« La réussite de l’internet des objets passe par la réglementation », insiste, pour sa part, Micheline Koudou, Assistant Manager au département juridique de Deloitte Côte d’Ivoire.

Pour elle, « Il n’y pas de développement des objets connectés sans sécurité ».Me Héraclès Assoko, Consultant à l’Autorité de régulation des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ARTCI) a plaidé à son tour pour une vulgarisation des textes existants.

« Nous avons des textes qui peuvent s’appliquer. Il faut les valoriser, mettre en place une veille juridique et encadrer les usagers », a fait remarquer le représentant de cette autorité de régulation.